Monday, 25 March 2013

Vikings


Un homme se tient debout apparemment seul dans un champ de bataille où gisent les cadavres. Les cotés de son crane sont rasés et ses cheveux blonds foncés par le sang sont tressés sur le dessus de sa tête. Un ennemi apparaît et la hache fuse, et le sang gicle rien ne nous est épargné de l'horreur des corps qui se démembrent. Les corbeaux arrivent, une silhouette capée vient emporter les morts, et notre homme au milieu de ce champ de bataille regarde la silhouette mythologique emporter les âmes défuntes. Ragnar voit plus que les autres hommes, Ragnar voit la mort à l'oeuvre.
D'abord ulcérée par la violence de la première scène, de la scène primitive, c'est le fantôme de Bergman qui semble nous rendre visite et avec lui la fascination infinie pour le septième sceau.
Commence le générique: vu du fond de la mer les vaisseaux vikings avancent, les cadavres et les haches tombent au rythme guerrier du If I had a heart de Fever Ray.


Le choix musical est parfait, il convoque à la fois la dépression la plus profonde, l'accord de l'homme avec sa propre mort, sa capacité à la regarder en face, et le déni d'humanité dans une musique païenne et guerrière. « If I had a heart I could love you... »
Ainsi Vikings raconte l'histoire de l'ambitieux Ragnar qui voulait voguer vers l'ouest vers la pleine mer, là où peu de vikings s'aventuraient.
Pour l'instant la série avance vite, et ne tombe pas dans les nombreux écueils qui pourraient se présenter, je ne lui reproche que le tic scénaristique du faux frère et de la possibilité inquiétante d'une éventuelle conversion au catholicisme. Pour l'instant nos héros ne se charge pas de la culpabilité chrétienne et ils avancent dans la conquête libres de la peur de mourir ou de la peur de faire du tort à un dieu.
Je suis prise de passion pour cette série et ne peut pas être objective je ne m'explique que partiellement cette attirance charnel pour cette fiction. Ce coup de foudre est-il une continuation de l'amour que j'ai eu pendant l'adolescence pour Thorgal Aegirsson? Est-ce parce que comme dans Rome de HBO on semble proposer un temps imaginaire d'avant la névrose où les hommes et les femmes savaient ce qu'ils voulaient et comment l'obtenir? Est-ce parce que les personnages vivent dans l'immédiateté et que les interprètes sont assez magnifiques pour proposer des personnalités qu'on a jamais vus avant, ou que les scénaristes nous propose une histoire dont on ignore par quel chemin elle va nous mener? Est-ce la joie primaire des barbares détruisant les autels et foulants les sanctuaires ou la discipline individuelle d'être qui luttent pour eux mêmes?
 Je ne m'explique pas cette fascination pour le moment, ce que je sais c'est que j'attend chaque semaine avec hâte cette série qui est comme le chante Diabologum à découvrir absolument.
Oh et voici Travis Fimmel qui joue Ragnar dans sa précédente carrière d'homme objet!

1 comment:

L'avis de Jinfuushen said...

Très bonne analyse de découverte qui donne envie effectivement. Je en sais pas si tu es fan de manga, mais il y a une série énorme qui traite l'histoire des vikings. Cette série se nomme Vinland Saga, je te conseille de venir te renseigner ici: http://www.over-blog.com/recherche/recherche-blog.php?query=vinland+saga&module=portal&action=search%3AsearchInBlog&ref=4341804

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...