Wednesday, 16 December 2009

Where The Wild Things Are



ENGLISH VERSION FOLLOWS THE FRENCH ONE

MAX ET LES MAXIMONSTRES

Max est un enfant très créatif qui se sent seul et abandonné. Il n’est pas encore capable de gérer ses hauts et ses bas, et est prisonnier de la confusion de ses propres émotions, alors il se met en colère et devient « ingérable ».

Après un gros coup de sang, il s’enfuit et se rend sur une île où se trouve les choses sauvages (where the wild things are en anglais (titre original))

Sur ce territoire il aura la possibilité d’explorer les conséquences émotionnelles de son comportement sur des monstres beaucoup plus gros et beaucoup plus émotifs que les humains! Il deviendra le roi, alors qu’il n’est « pas grand-chose », de maximonstres ultra sensibles en période de grand stress.

Ce que j’aime dans ce film et dans l’histoire de Maurice Sendak, c’est que les enfants sont pris pour ce qu’ils sont: des individus qui ont besoin de comprendre la réalité, et la réalité est faite d’émotions. Cela fait partie du développement des petits d’apprendre à canaliser leur frustration, leur angoisse, leur tristesse… et être capable de les exprimer puis de les laisser passer leur permet d’avancer et de grandir. Pour les enfants très émotifs c’est extrêmement compliqué parce qu’ils doivent faire face à la confusion de leurs propres sentiments, prétendre que les émotions n’existent pas ou prendre des comprimés peut sembler une solution pour les adultes qui se fichent des conséquences à moyen terme, mais le mieux est d’apprendre et de comprendre, de reconnaître et d’accepter les émotions. La relation entre les maximonstres est une représentation de cette confusion, et Max en devenant leur roi prend la place de sa mère qui doit s’occuper de lui, et apprend qu’elle n’a pas le pouvoir de le rendre heureux !

J’aime que Max soit aventureux qu’il joue à des jeux dangereux et qu’il exprime toute la sauvagerie de l’enfance! Je suis très surprise d’avoir autant entendu que ce film n’est pas vraiment pour les enfants, car même si je me suis beaucoup amusée que j’ai rit comme une folle lors de la bataille de boules de poussière et que j’ai été émue de l’émotion de max et des monstres, j’ai senti et pensé que ce film a beaucoup plus à apporter aux enfants qu’à moi. Je pense même que c’est un film nécessaire pour les enfants à notre époque où leur sauvagerie est déniée et où leur liberté est apprivoisée par une constante surveillance et des téléphones portables dès la maternelle.

Je trouve d’ailleurs très intéressant que des cette année deux cinéastes aussi talentueux que Spike Jonze et Wes Anderson sortent des films pour enfants. Tous deux reviennent à des techniques très organiques délaissant en partie les images de synthèse. Veulent-ils transmettre quelque chose à cette génération d’enfants ? Leur donner l’opportunité de développer un goût esthétique plus fin ? Ou d’agrandir le champ des histoires qu’on leur propose ?

Peu importe les réponses à ces questions, il est nécessaire de dire qu’avec Max et les Maximonstres, Spike Jonze rempli un vide dans la fiction cinématographique pour enfant comme Maurice Sendak le fit pour la littérature enfantine!

J’étais très impatiente de voir Max et les Maximonstres, j’ai adoré, maintenant j’ai super hâte de voir le Fantastique Monsieur Renard !


Where the wild things are

Max is a very creative boy who feels left apart and lonely. Not yet able to deal with his ups and downs, trapped in the confusion of emotions, he gets angry and “out of control”. After a big tantrum he run away and go to an island where the wild things are.

He goes on a territory where he’ll be able to explore the emotional consequences of his behaviour on monsters way bigger and way more emotional than humans! He’ll be the king, while he’s just a “not that much”, of ultra sensitive monsters in emotional distress.

What I love about this film and Maurice Sendak’s story is that it takes children for what they are: individuals with needs to understand reality, and reality is made of emotions, and children have to learn how to channel their frustrations, anger, sadness, and be able to express them and let them go. For very emotional kids it’s utterly difficult because they have to deal with the confusion of so many feelings; pretending they don’t exist or giving pills may seem like a solution for annoyed adults who don’t care for later consequences but isn’t the best to learn to know and understand emotions, recognise and acknowledge them.. The monsters are representations and personifications of this confusion, and Max by becoming their king takes his mother’s place having to take care of his emotions, and learn that there is no such power as making everyone happy!

I love that Max is adventurous, that he plays very dangerous games, and that he expresses all the wilderness of childhood! I am surprised of having heard so much that Where the Wild Things Are was not for children because though I enjoyed this film very much and laugh like crazy when they played the dust battle, I felt that this opus had much more to say to children than to me. I felt that it was a necessary film for kids in those time where their wilderness tend to be denied and where their freedom has been tamed by constant surveillance and mobile phones.

Isn’t it interesting that talented filmmakers like Spike Jonze or Wes Anderson are both this year doing children movies? And both coming back to a more organic filmmaking; do they want to transmit something to this generation of children: give them the opportunity of developing good taste in aesthetic matters? Or a wilder range of style and stories? whatever the answers to these questions are, it is necessary to say that with Where the wild things are Spike Jonze is filling a gap in childhood cinema like Maurice Sendak did in children literature!

I was very impatient to see Where the Wild Things Are, I loved it, now I am impatient to see the Fantastic Mister Fox!



4 comments:

antonin said...

Mes parents m'ont souvent Max et les Maximonstres. J'étais un vrai fan. Sais-tu si Spike Jonze n'aurait pas des enfants en âge de voir ça justement?

Valérie said...

Je ne pense pas que Spike Jonze ai des enfants! Je te conseille d'acheter le jalouse de ce mois-ci il y a de superbes photos du tournage et des interviews, bon la valeur de l'écrit n'est pas génial mais les photos le sont!

UniqueMan said...

J'ai donc vu Max et les Maximonstres et j'ai donc lu ta critique comme je te l'avais dit... Et tout simplement bravo, car je trouve ta critique très intéréssante et pértinente et je suis complétement d'accord avec toi sur tous les points.

Très chouette blog en tout cas.

Valérie said...

Merci :-D !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...